Parquet vieilli, brossé, fumé… Quelles sont les différentes finitions de style ?

Veuillez patienter

<--- Retourner au sommaire

Quelles finitions pour votre parquet

Parquet vieilli, brossé, fumé… Quelles sont les différentes finitions de style ?

Il existe aujourd’hui une large gamme de procédés de plus en plus élaborés qui permettent une immense palette d’effet déco: parquets vieillis, teintés, sciés, martelés, sablés,etc. Ils modifient considérablement l’aspect d’origine du bois pour un rendu sur mesure. Ce type de parquet est, dans la plupart des cas, livré prêt à poser. Certaines finitions nécessitent parfois un léger traitement protecteur avant utilisation.

Parquet brossé :

Le brossage consiste à frotter avec une brosse métallique le bois dans le sens du fil pour enlever les parties tendres. La finition «brossée» rend la surface légèrement irrégulière au toucher et met en valeur la texture du bois. Elle est donc particulièrement adaptée aux pièces et locaux à fort trafic car, du fait de ses irrégularités, le parquet est beaucoup moins sensible aux chocs et aux rayures.

Parquet teinté :

Teinter un parquet permet de modifier la couleur d’origine du parquet, tout en laissant apparaître les aspérités et les veines du bois. Un parquet teinté s’obtient par l’application de solutions pigmentées prêtes à l’emploi ou à mélanger. Teinte à bois, huile teintée, vernis teinté… autant de possibilité selon l’effet recherché. Si ces finitions sont souvent effectuées par le fabricant de parquet en usine, le parquet est prêt à poser. On peut aussi les appliquer soi-même sur un parquet brut.

Parquet cérusé :

Cette technique n’est intéressante que sur les bois poreux comme le chêne. Elle consiste à recouvrir d’une pâte onctueuse pigmentée (en générale blanche) la surface du bois afin d’en recouvrir les pores ouverts. L’effet recherché est le contraste entre les pigments de la pâte appliquée et les pigments naturels du bois. Un brossage plus ou moins prononcé accentuera le contraste.

Parquet fumé :

Il s'agit d'une alternative au vieux bois dont les couleurs ont patiné avec le temps. Traditionnellement, les parquets étaient fumés mécaniquement par étuvage ou thermo traitement. Ces procédés sont coûteux et difficiles à mettre en œuvre. Aujourd’hui, on trouve le plus souvent des parquets fumés par oxydation. C’est un procédé qui n’est appliqué que sur les bois tanniques comme le chêne. Le principe est tout simple : il consiste à l’application de formules oxydantes qui accélèrent le vieillissement des couleurs naturelles du bois. Chaque lame de parquet en chêne, selon qu’elle comporte des nœuds ou des aubiers, réagira de façon unique. En fonction du temps d’exposition et de la concentration des produits appliqués, de nombreuses nuances peuvent être obtenues. Les effets de patines s’accentuent et se bonifient avec le temps et laissent apparaître l’âme du bois. Hormis l’effet esthétique, le second avantage de cette finition d’effet est la durabilité de la couleur. A l’inverse des parquets teintés en surface, les parquets fumés par oxydation sont teintés sur plusieurs millimètres de profondeur, selon qu’il s’agisse d’un simple, double ou même triple fumage. A l’usage, les rayures ne laisseront pas apparaître la couleur d’origine du bois, souvent plus claire. Pour un effet encore plus poussé, on peut même appliquer une teinte en superposition du fumage.

Parquet thermo traité / parquet rétifié :

Le bois est littéralement cuit au four ! C’est le même procédé qu’en cuisine : une cuisson lente et régulière à forte température qui tue le bois sans le brûler. Ses fibres et sa texture sont définitivement transformées. Le bois ainsi mort, ne craint plus ni l’eau, ni les intempéries. C'est pourquoi il peut être installé dans des environnent humides ou même en extérieur. Sa couleur est aussi profondément modifiée et le bois devient ainsi teinté naturellement dans la masse. Ce procédé est plutôt réservé aux bois comme le chêne.

Parquet scié :

Procédé mécanique qui reproduit les motifs d’une sciure sur la surface de la lame de parquet et modifie ainsi la texture et l’aspect. Les « coups de scie » sont effectués manuellement ou mécaniquement, de façon aléatoire ou régulière, avec différentes intensités plus ou moins marquées. Certains parquets sont doublement sciés : horizontalement et verticalement.

Parquet relief :

Il s'agit d'une toute nouvelle technique destinée à donner encore plus d’effet au parquet. Ce procédé, peu répandu, consiste à distordre les lames de parquets pour exacerber les reliefs naturels du bois : veinages, nœuds, gerces, fentes… L’effet est spectaculaire mais surtout très naturel contrairement aux finitions sculptées : un toucher et une sensation incroyable à vos pieds.

Parquet sablé :

Il s’agit d’un traitement consistant à projeter sur le parquet du sable à haute pression. Ce procédé, plutôt réservé au chêne, modifie la surface pour la rendre un peu rugueuse, à l’image d’un ponçage grossier et irrégulier. Comme pour le brossage, toutes les parties tendres du bois sont supprimées.

Parquet vieilli :

Comment faire du vieux avec du neuf? C’est le principe du vieillissement qui donne un caractère unique au parquet. Très tendance, il permet d’obtenir un effet vieilli en utilisant un ou plusieurs procédés simultanément. Le vieillissement s’obtient par des procédés mécaniques ou manuels qui transforment l’aspect, la couleur et la texture des lames du parquet.

Parmi eux, le plus courant est le martèlement des chanfreins dit « bords cassés » qui donne un effet de bords inégaux et irréguliers. Souvent conjugué au fumage (oxydation des couleurs du bois), il existe de nombreux autres procédés à effets très sophistiqués comme les trous de vers, les fentes ouvertes ou craquelures, les gerces, les éraflures et même le sciage latéral. Certains parquets sont même vieillis dans des machines utilisant les mêmes techniques que celles utilisées pour vieillir des jeans par exemple : les lames de parquets sont introduites dans d’immenses machines dont le tambour est rempli de pierres de différentes tailles.

En tournant, le parquet est martelé en tous sens de manière complètement aléatoire et en ressort usé… mais toujours neuf ! Les parquets vieillis sont aussi parfois teintés ou même cérusés pour accentuer l’effet vintage. Le parquet ainsi vieilli peut recevoir plusieurs finitions : huile incolore, de la céruse, huile cire.

Parquet huilé, parquet verni, parquet ciré : quel traitement pour protéger votre parquet ?


Parquet à effet de style ou parquet classique, tous les parquets en bois ont besoin d’un traitement de surface destiné à protéger le bois naturel exposé à l’usure quotidienne. Que le parquet soit huilé, verni, ciré, la finition de protection reste la touche finale. Elle aura non seulement une incidence sur l’entretien mais aussi sur l’aspect visuel du parquet posé

Il existe un large éventail de finitions aux formules de plus en plus élaborées pour protéger longtemps votre parquet. Il existe de plus en plus de produits qui, en plus de protéger le parquet en bois durablement, préserve l’environnement (huiles et vernis écologiques) mais aussi votre santé (faibles émissions de formaldéhyde). Dans tous les cas, il est impératif de respecter les règles d’entretien de votre parquet selon sa finition pour conserver durablement sa beauté naturelle.

Parquet verni, parquet vitrifié :

Le vernis appliqué en plusieurs couches sur le parquet en bois encore brut forme un film protecteur invisible et imperméable. Il laisse peu respirer le bois et empêche ainsi que les rayures ou les tâches ne s'incrustent dans le bois. Ainsi protégé, les variations de couleurs après oxydation et exposition à la lumière sont peu importantes, même si elles existent. Les innovations récentes ont permis d’offrir un large choix de vernis au rendu très varié : brillant, satiné, mat. Nous vous proposons 3 "niveaux" de brillance :

Mat : vernis très peu brillant, imite parfaitement une finition huilée mais avec les avantages du vernis.

Satiné : vernis moyennement brillant, de loin la plus répandue.

Brillant : permet d'obtenir un effet "miroir" sur votre parquet.


Selon l’aspect du vernis, les chocs et éraflures laissés fatalement par une utilisation normale seront plus ou moins visibles. Ce qu’il faut retenir :
plus un vernis est brillant, plus les rayures sont visibles. A contrario, plus un vernis est mat, moins les traces d’usures sont perceptibles. Il existe différents types de vernis.
Les plus courants sont les vernis polyuréthanes (PU) qui sont particulièrement appréciés à l’usure, aux différentes salissures et à leur imprégnation dans le bois respectant ainsi fidèlement sa figuration d’origine. Ces vernis sont soit à base de solvants soit sans solvants à base d’eau. D’autres sont à base d’oxyde d’aluminium et céramique et offrent une résistance et un transparent supérieur.
Certains vernis ultra performants sont même élaborés pour une utilisation en zone de trafic intense et sont autorisés en application sur le parquet pour les classes d’usage 3 et 4 (professionnelle et industrielle). En fonction de l’usage et de l’intensité du trafic et des chocs, le vernis a une longue durée de vie : entre 10 et 15 ans. Le parquet verni nécessite moins d’entretien qu’un parquet huilé, mais peut difficilement subir une rénovation partielle sur une même surface : le résultat ne sera pas homogène.

Le parquet huilé-ciré :

Un parquet dit huilé-ciré subit le même traitement qu’un parquet huilé. La couche de finition est beaucoup moins liquide et offre ainsi une protection accrue et plus imperméable qu’avec des huiles naturelles. Cirer son parquet revient à le recouvrir d'une couche protectrice durcie qui remplit totalement les pores du bois. Inspirée des techniques traditionnelles de finition de parquet, l’huile-cire offre un rendu très naturel, un peu plus satiné et patiné. Elle permet une rénovation partielle de l’usure. C’est la technique historique de protection des bois. Régulièrement entretenu (1 à 2 fois par an), le parquet huilé-ciré conserve sa chaleur naturelle et son bel aspect.

Le parquet huilé, huile naturelle :

L'huile naturelle pour parquet valorise l'aspect naturel du bois tout en le protégeant par une fine pellicule.
Naturellement très fluide, elle pénètre profondément dans ses fibres et le laisse respirer. Comme une crème hydratante, elle fait corps avec le bois. Un parquet traité avec de l'huile présente de nombreux avantages, et principalement d'être moins sensible aux agressions mécaniques.
Les rayures peuvent donc être éliminées facilement à l'aide de produits adaptés permettant une rénovation partielle de votre parquet. Plus exposé à la lumière, le bois s’oxyde et subira ainsi dans le temps quelques variations de couleurs qui ne le rendront que plus authentique. Régulièrement entretenu (1 à 2 fois par an), le parquet huilé conserve sa chaleur naturelle et son bel aspect.
Lorsqu’un parquet a été imprégné avec de l’huile pour parquet, il est possible, après un ponçage à blanc du parquet huilé, de procéder à une vitrification. Le parquet huilé « durci aux UV » ou « huile UV »: Très semblable au vernis mat, cette finition consiste à traiter le parquet par une huile spéciale séchée aux UV.Même principe que l’huile naturelle, la protection imprègne les fibres du bois mais laisse respirer le parquet. L’huile « durcie aux UV » offre quasiment le même rendu que l’huile naturelle (plutôt mat) à la différence qu’elle forme un film protecteur sur le parquet et le rend ainsi imperméable à la poussière et aux tâches. Cette finition met en valeur les veinages du bois pour révéler sa beauté naturelle. Votre parquet est protégé pour longtemps.
Des tests pratiques montrent que les huiles UV sont mieux adaptées à une utilisation au jour le jour. Plus résistante, une finition à l'huile UV dure plus longtemps que les huiles purement naturelles. Cependant, les parquets huilés UV nécessitent plus de soins que les sols vernis. Ceci s'explique par leur caractère à pores ouverts. L’entretien d’un parquet huilé UV se fait de la même façon que pour un parquet huilé ou ciré. Les rénovations, même partielles, sont plus espacées.

Parquet verni, huilé naturel, huilé-ciré… dans tous les cas, il est impératif de respecter les règles d’entretien de votre parquet selon sa finition pour conserver durablement sa beauté naturelle.

Pour résumer :
Parquet verni :
Avantages: - Facile d'entretien - Résistant : plusieurs qualités adaptées au trafic - Grand choix d'aspect (brillant, satin, mat)
Inconvénients : - Rénovation sur la totalité de la surface pour un résultat homogène - Entretien régulier mais simple

Parquet huilé-ciré :
Avantages : - Laisse respirer le bois - Insensible aux éraflures - Moins perméable que l’huile
Inconvénients : - Plus perméable que le vernis - Plus sensible aux tâches

Parquet huilé :
Avantages : - Rendu mat authentique - Laisse respirer le bois - Insensible aux éraflures - Rénovation partielle possible
Inconvénients : - Plus perméable que le vernis - Moins sensible aux tâches - Renouveler une couche d'huile 1 à 2 fois par an

Parquet huilé durci aux UV :
Avantages : - Rendu mat authentique - Plus résistant que le vernis
Inconvénients : - Rénovation partielle délicate

Comment vitrifier / vernir un parquet ?


La vitrification consiste à appliquer un vernis sur le parquet afin de créer une solide couche de protection contre les agressions et l’usure, de faciliter son entretien et de lui donner un aspect neuf et élégant. Un vitrificateur ne permet pas de teinter le parquet. Si vous souhaitez teinter votre parquet, faites-le avant de le vitrifier. Vitrifier un parquet est une opération simple que vous pouvez réaliser vous-même. Toutefois, la vitrification d’un parquet prend du temps, car il est nécessaire de laisser sécher le vitrificateur au moins 24 heures avant l’application d’une nouvelle couche de produit.
Important : dans l’idéal, la pose du vitrificateur s’effectue dans une pièce dont la température est située entre 15 et 20 °C.

Si la température au sol est inférieure à 12 °C ou encore si la pièce où est posé le parquet a un taux d’humidité important, ne posez pas de vitrificateur. Préparation de la surface La vitrification se fait dans une pièce vide. Si votre parquet est neuf, vous n'avez rien à faire mis à part le poncer. En revanche, s'il s'agit d'une rénovation, vous avez plusieurs vérifications à effectuer : - Reboucher les trous et les fissures avec de la pâte à bois - Traiter le bois contre les insectes Vous pouvez ensuite procéder au ponçage en trois passages.
Ponçage du parquet - Toujours commencer par le centre de la pièce et rester dans le droit fil du bois - Effectuer un premier passage de la ponceuse - papier abrasif gros grains.

Évitez les angles. Dépoussiérer le parquet avec un aspirateur - Second passage - papier abrasif grain moyen. Dépoussiérer le parquet; - Troisième passage - papier abrasif grain fin - Terminer de poncer la surface avec une ponceuse d’angle (pourtours et angles) - Dépoussiérer avec un aspirateur + serpillière humide et laisser sécher. Le parquet doit être parfaitement sec et propre Si le bois est neuf ou que le parquet était ciré auparavant, appliquez une couche de vitrificateur.
Application du vitrificateur
A savoir : si vous avez opté pour un chauffage au sol ou si votre sol est soumis à des changements de température, mieux vaut appliquer un primaire sur le parquet, à l’aide d’un rouleau à poil court. Référez-vous aux indications du fabricant pour connaître le dosage et le temps de séchage du produit. - Appliquer, en étirant, une fine couche de vernis dans le sens du bois avec un pinceau spalter, un balai éponge ou un rouleau à poil court. Le pinceau doit effectuer un va-et-vient.
Veiller à bien étirer le produit. Laisser sécher 24 h - Égrener : poncer légèrement avec une cale recouverte de papier abrasif à grain fin. Nettoyer parfaitement - Appliquer la deuxième couche en suivant les mêmes consignes. Laisser sécher 24h, égrener et dépoussiérer - Appliquer la dernière couche de finition, qui ne devra pas être égrenée - Laisser sécher le parquet vitrifié selon la durée indiquée sur le produit
Après la vitrification - Attendre au minimum 48 h avant de marcher de nouveau sur la surface - Ne pas placer de tapis ou tout autre élément couvrant le sol avant 1 semaine (temps de durcissement) Note : lorsque le vernis commence à perdre de son éclat, utiliser un raviveur (ou « polish ») à appliquer à l’aide d’une serpillière.


Comment huiler un parquet ?


Le parquet huilé : L'huile naturelle (ou la cire) pour parquet valorise l'aspect naturel du bois tout en le protégeant par une fine pellicule. Elle pénètre profondément dans ses fibres et le laisse respirer. En plus de l’aspect authentique et traditionnel, un parquet traité avec de l'huile présente de nombreux avantages, et principalement d'être moins sensible aux agressions mécaniques. Elle permet une rénovation partielle de l’usure. C’est la technique historique de protection des bois. Régulièrement entretenu (1 à 2 fois par an), le parquet huilé conserve sa chaleur naturelle et son bel aspect. Il existe plusieurs types de traitement à base d’huiles : huiles végétales, (souvent sans additifs donc écologique), huiles teintés permettant d’obtenir un effet coloré « couleur » recherchée, huiles cire permettant d’obtenir un rendu plus satiné patiné et plus opaque en surface.
Préparation de la surface : L'huilage ou cirage se fait dans une pièce vide. Si votre parquet est neuf, vous n'avez rien à faire mis à part le poncer.

En revanche, s'il s'agit d'une rénovation, vous avez plusieurs vérifications à effectuer : - Reboucher les trous et les fissures avec de la pâte à bois - Traiter le bois contre les insectes
Ponçage du parquet : - Toujours commencer par le centre de la pièce et rester dans le droit fil du bois - Effectuer un premier passage de la ponceuse - papier abrasif gros grains. Évitez les angles. Dépoussiérer le parquet avec un aspirateur - Second passage - papier abrasif grain moyen. Dépoussiérer le parquet - Troisième passage - papier abrasif grain fin - Terminer de poncer la surface en avec une ponceuse d’angle (pourtours et angles) - Dépoussiérer avec un aspirateur + serpillière humide et laisser sécher.

Le parquet doit être parfaitement sec et propre
Application de l’huile :
A savoir : si vous avez opté pour un chauffage au sol ou si votre sol est soumis à des changements de température, mieux vaut appliquer un primaire sur le parquet, à l’aide d’un rouleau à poil court. Référez-vous aux indications du fabricant pour connaître le dosage et le temps de séchage du produit.
- Appliquer une première couche d’huile avec une brosse (type spalter) ou au chiffon - Polir en effectuant des cercles (utiliser une mèche coton ou une mono brosse et pad)
- Si nécessaire, renouveler l’opération en ayant légèrement poncé le parquet avant l’application de la seconde couche d’huile. Attendre 2 h entre les 2 couches
- Laisser sécher 48 h minimum
Après l'huilage :
- Attendre au minimum 48 h avant de marcher de nouveau sur la surface - Ne pas placer de tapis ou tout autre élément couvrant le sol avant 1 semaine (temps de séchage complet) Entretien : Appliquer une couche d’huile 1 ou 2 fois par an en suivant le même procédé, dans les zones de passage. Dépoussiérer au balai ou aspirateur et utiliser des produits d’entretien adapté sur serpillière humide.

<--- Retourner au sommaire